Prises de position de la FPJQ

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec défend la liberté de presse et le droit public à l’information. Elle intervient chaque fois que la liberté de presse est menacée. Elle fait entendre la voix des journalistes partout où c’est nécessaire, dans les commissions parlementaires, devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), dans les conseils municipaux, auprès des juges, de la police et des organismes publics dont les politiques de communication entravent le travail des journalistes.

« La FPJQ s’est battue pour la liberté de la presse. Elle est derrière nous tous les jours. Et elle doit le demeurer. C’est pour ça que j’ai ma carte. »

Antoine Trépanier

Journaliste à Radio-Canada Ottawa/Gatineau, arrêté le 13 mars 2018 pour harcèlement criminel alors qu'il tentait d’obtenir une entrevue avec une intervenante.


Voici les prises de position de la FPJQ.

La FPJQ-Estrie dénonce l’intimidation envers une journaliste de TVA-Nouvelles

SHERBROOKE – La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), section Estrie, dénonce des propos haineux tenus à l’endroit de la journaliste de TVA-Nouvelles Mélissa Fauteux alors qu’elle faisait son travail dans un site de dépistage de la COVID-19.

Deux citoyens ont diffusé sur YouTube une vidéo dans laquelle ils invectivent la journaliste, la traitant de « pourrite », de « pute », de « conne » et de « laide ». La FPJQ-Estrie juge que les journalistes ont le droit d’effectuer leur travail dans un environnement sécuritaire exempt d’intimidation et d’injures et dénonce toute forme de harcèlement.

« Les menaces et l’intimidation n’ont pas leur place dans notre société. Les médias continueront à faire leur travail d’informer la population des enjeux liés à cette pandémie mondiale. La collecte, l’analyse, la remise en question et la vulgarisation des données ont leur place quotidiennement pour contrer la désinformation. Tenter de faire taire les journalistes en les intimidant ne mènera à rien et est inadmissible en démocratie », insiste Marie Eve Lacas, présidente de la FPJQ-Estrie.

Les journalistes s’efforcent de se rendre sur le terrain et d’informer la population sur l’évolution de la pandémie de COVID-19, des activités de dépistage et de la vaccination, un travail essentiel dans cette période hors de l’ordinaire. L’information de qualité est plus essentielle que jamais.

« Insulter quiconque n’apporte rien au débat. Si les deux citoyens voulaient montrer leur immaturité, c’est réussi, mais pour le reste, peu importe l’objectif qu’ils visaient, c’est raté. Les journalistes sont là pour informer la population, et ils continueront à le faire avec brio, malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils doivent parfois exercer leur métier », a pour sa part déclaré le président de la FPJQ Michaël Nguyen.

La FPJQ continuera de dénoncer toute forme de violence, physique ou verbale, et estime que toute critique peut être accueillie lorsqu’elle est formulée avec respect.

- 30 -

Source : FPJQ-Estrie
Contact : Marie Eve Lacas

Retour à la liste des prises de position
 

Inscription à l'infolettre

Restez informé(e) de nos nouvelles et des activités à venir