Billets

Depuis janvier 2018, vous retrouvez chaque semaine, à la fin de votre lettre InfoFPJQ, sous la plume de journalistes et chroniqueurs bien connus, un point de vue ou une analyse sur l’actualité médiatique.

Évidemment, les propos tenus dans le billet n’engagent que leur auteur.

« Tempête dans un bol de céréales »

Par Jean-François Cliche  

Les médias ont la réputation d’aimer les « gros chiffres » et les statistiques tapageuses. Et on m’excusera, je l’espère, mais ce n’est pas moi qui vais dire le contraire. Le fait est que plus le chiffre est gros, plus il est susceptible de paraître accrocheur et plus on lui accorde de l’importance. C’est même rendu au point où l’on est souvent prêt à centrer complètement nos reportages sur des données insignifiantes juste parce qu’elles paraissent « plus grosses ».

Vous ne me croyez pas ? Ben, je vous le jure. 

Vous ne me croyez toujours pas ? OK alors...  

Écrire bilingue

Par Lise Ravary  

Je tiens une chronique hebdomadaire dans Montreal Gazette depuis près d’un an.  

Tous les dimanches, je livre un texte de 650 mots à la responsable des pages éditoriales, Edie Austin, texte qui est mis en ligne le lundi et publié le mardi dans le journal.  

Ma mission ? Dire aux anglophones ce qu’ils n’aiment pas entendre, mais qui reflète l’état d’esprit du Québec francophone auquel ils ne sont pas souvent confrontés, à moins de consommer des médias francophones, ce qui est moins fréquent qu’on pourrait le penser.  

Pour qui écrivons-nous, au juste ?

Par Jeff Yates  

Il est rare qu’un article de journal change la perception que j’ai de mon beat. C’est pourtant ce qui m’est arrivé quand un texte du Journal de Québec publié en 2016 s’est remis à circuler sur les réseaux sociaux, puis m’est tombé sous les yeux en apparaissant dans mon fil d’actualité. 

Plus qu’une courroie de transmission

Par Mathieu Roy-Comeau

L’indépendance journalistique peut parfois être mise à rude épreuve dans certains milieux. C’est une situation que vivent beaucoup de francophones en situation minoritaire au Canada, par exemple. 

Maxime Bernier et la pseudo neutralité des médias d’information

Par Marilyse Hamelin

En ce début d'année, à quelques semaines d’intervalle, le quotidien The Gazette nous a donné matière à réfléchir sur la neutralité journalistique et sur la « censure ».  

La série noire (ou grise) des malheurs des dragons

Par René Vézina 

Les temps sont durs pour les dragons. Mais l’étendue de leurs malheurs varie selon l’analyse qu’en font les différents médias. 

En quelques semaines à peine, on a appris, tour à tour, la déconfiture de Caroline Néron et de ses bijoux puis celle d’Alexandre Taillefer et de Téo Taxi. 

Une image vaut parfois mille maux

Par Josée Legault 

En cette ère de médias sociaux et d’écrans multiples, les images se font de plus en plus souvent trompeuses. Sur Twitter, Facebook ou Instagram, elles défilent sous nos yeux à des vitesses vertigineuses. Et ce, non seulement chez les journalistes dont la navigation web fait partie du métier, mais aussi – et surtout –, dans la population elle-même.  

Les petits caractères et la big picture

Par Jean-François Cliche

Je suis toujours étonné, et un brin désespéré, de voir ce que les médias sont prêts à faire pour préserver une trame narrative « croustillante », même si elle est fausse ou, à tout le moins, très mal appuyée.

Hamburger, pizzas et piège à con

Par Nathalie Collard 

En début de semaine, mes fils Twitter et Facebook étaient envahis par la même image : celle de la salle à manger officielle de la Maison-Blanche au centre de laquelle trônait une immense table recouverte de boîtes de McDonald’s, Burger King, Domino’s et Wendy’s.

Ce que Canada Goose m’a appris sur le journalisme

Par Jeff Yates

Je suis assez habitué à ce qu’on me prête toutes sortes d’intentions maléfiques. Quand je déboulonne une fausse nouvelle à propos d’un sujet controversé – immigration, vaccins, conspirations de toutes sortes – je reçois généralement quelques commentaires qui laissent sous-entendre que je suis à la solde du gouvernement, que je milite pour une cause quelconque ou que je produis moi-même des fake news.