Prises de position de la FPJQ

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec défend la liberté de presse et le droit public à l’information. Elle intervient chaque fois que la liberté de presse est menacée. Elle fait entendre la voix des journalistes partout où c’est nécessaire, dans les commissions parlementaires, devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), dans les conseils municipaux, auprès des juges, de la police et des organismes publics dont les politiques de communication entravent le travail des journalistes.

« La FPJQ s’est battue pour la liberté de la presse. Elle est derrière nous tous les jours. Et elle doit le demeurer. C’est pour ça que j’ai ma carte. »

Antoine Trépanier

Journaliste à Radio-Canada Ottawa/Gatineau, arrêté le 13 mars 2018 pour harcèlement criminel alors qu'il tentait d’obtenir une entrevue avec une intervenante.


Voici les prises de position de la FPJQ.

La FPJQ-Montérégie déplore qu’un citoyen ait usurpé l’identité d’un journaliste

LONGUEUIL, le 19 mars 2021 – La Fédération professionnelle des journalistes du Québec
(FPJQ), section Montérégie, déplore qu’une personne ait utilisé l’identité d’un journaliste, mardi
soir, lors d’une séance publique du conseil d’administration du Centre de services scolaire des
Grandes-Seigneuries. Cet individu a utilisé le nom du journaliste pour créer une adresse courriel
bidon et s’inscrire à la rencontre. Durant la séance, il n’a pas allumé sa caméra, restant ainsi
anonyme derrière sa fausse identité.

D’une part, ces rencontres, même si elles sont virtuelles en raison des mesures sanitaires liées
à la pandémie, sont accessibles au public. Le journaliste est un citoyen comme les autres, il n'a
pas de droits particuliers. D’autre part, utiliser l’identité d’un journaliste est un geste immoral et
non éthique.

Le titre de journaliste vient avec des devoirs et des responsabilités. Les journalistes doivent
respecter des règles d’éthique et de déontologie. Ils doivent rapporter des faits vérifiés et
objectifs. Le Guide de déontologie de la FPJQ oblige d’ailleurs les journalistes à exercer leur
métier à visage découvert et en s’identifiant comme journalistes. Seules quelques exceptions y
sont prévues : assister à une séance publique ne figure pas parmi ces procédés exceptionnels.

« Ce geste d’une personne isolée peut avoir des conséquences, en plus de nuire à la crédibilité
du journaliste et du média qu’il représente », indique Stéphanie Mac Farlane, présidente de la
FPJQ-Montérégie et journaliste au journal Le Canada Français.

Le Soleil de Châteauguay a également publié l'histoire.

À propos de la FPJQ-Montérégie

Fondée en 1969, la FPJQ est le plus grand regroupement de journalistes au Canada. La section
Montérégie a été créée en 2010 et représente près de 100 journalistes oeuvrant dans sa région.
La mission de la FPJQ est de défendre la liberté de presse et le droit public à l’information.

-30-

Source :
FPJQ-Montérégie
fpjqmonteregie.info@gmail.com

Informations :
Stéphanie Mac Farlane, présidente de la FPJQ-Montérégie
(514) 917-7183 / smacfarlane@canadafrancais.com

Retour à la liste des prises de position
 

Inscription à l'infolettre

Restez informé(e) de nos nouvelles et des activités à venir