Prix Judith-Jasmin

Édition 2019

Découvrez les finalistes 2018

Découvrez les lauréats 2018

Catégories

  • Meilleur reportage, catégorie « Arts, Culture et Art de vivre »
  • Meilleur reportage, catégorie « Sports »
  • Meilleur reportage, catégorie « Justice et Faits divers »
  • Meilleur reportage, catégorie « Affaires et Économie »
  • Meilleur reportage, catégorie « Sciences, Environnement et Société »
  • Meilleur reportage, catégorie « Politique »
  • Meilleur reportage, catégorie « Enquête »
  • Meilleur reportage, catégorie « Médias locaux et régionaux »
  • Meilleur grand reportage
  • Meilleur texte d’opinion
  • Grand Prix du jury *

*Le président du Grand Jury choisit le lauréat du Grand prix parmi tous les reportages soumis. Un lauréat peut remporter un prix dans une catégorie, en plus du Grand prix.
 

Définitions des catégories

Meilleur reportage, catégorie « Arts, Culture et Art de vivre »
Cette catégorie comprend tout reportage qui fait état de l’actualité culturelle, comptes rendus de spectacle, d’exposition, etc. et ce, dans tous les domaines artistiques, les portraits d’artistes, ainsi que les reportages de service, qui s’adressent aux consommateurs et qui traitent de gastronomie, de mode, d’architecture, de design, de voyage, de tourisme, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.
 

Meilleur reportage, catégorie « Sports »
Cette catégorie comprend tout reportage relatant les nouvelles sportives, des portraits d’athlète ou d’équipes, des comptes rendus ou analyses de match, que ce soit concernant le sport amateur ou professionnel. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.
 

Meilleur reportage, catégorie « Justice et Faits divers »
Cette catégorie comprend tout reportage rapportant un fait divers, les comptes rendus des affaires judiciaires, lors de procès ou autrement, des entrevues ou portraits de magistrats, de policiers, d’avocats, de victimes ou de criminels, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Affaires et Économie »
Cette catégorie comprend tout reportage économique, que ce soit des portraits d'entrepreneurs ou d'entreprises, des actualités économiques, des analyses financières sur des sujets comme les finances personnelles, l’immobilier, les nouvelles technologies, la croissance économique, etc. On peut retrouver dans cette catégorie toute nouvelle traitant d’autres sujets si elles sont présentées sous un angle économique.  Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Sciences, Environnement et Société »
Cette catégorie comprend tout reportage traitant de tous les aspects de la science au sens large, de toute nouvelle qui se rapporte à l’environnement, à la santé, à l’éducation et aux grandes questions et tendances sociales, par exemple l’aide médicale à mourir, l’immigration, les revendications des différents groupes de pression, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Politique »
Cette catégorie comprend tout reportage qui traite de politique municipale, provinciale, fédérale, ou internationale, de couverture électorale, de débats, des entrevues ou portraits de politiciens ou de hauts fonctionnaires, ainsi que la couverture des décisions politiques, et leur impact sur la population. 


Meilleur reportage, catégorie « Enquête »
Cette catégorie comprend tout reportage considéré comme un dossier de fond, qui a nécessité des recherches approfondies, sur une longue période et qui fait appel à plusieurs sources. L’enquête est un genre journalistique qui vise généralement à faire des révélations à la population sur des sujets d’intérêt public. L’enquête exige parfois l’utilisation de moyens clandestins. Les sujets d’enquête peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.  


Meilleur reportage, catégorie « Médias locaux et régionaux »
Cette catégorie comprend tout reportage produit par un média local ou régional. La nouvelle elle-même peut être internationale, nationale, régionale ou locale pour peu qu’elle ait été produite par un média local ou régional. 


Meilleur grand reportage
Cette catégorie comprend tout reportage de grande envergure, au pays ou à l’étranger. Le grand reportage est un genre journalistique qui permet de mettre en évidence le travail de terrain qui mène à la découverte de faits de société qui échappent au flot quotidien des nouvelles ou des crises qui font l’événement.


Meilleur texte d'opinion
Cette catégorie comprend les éditoriaux, les chroniques, les billets, les commentaires, les analyses et les caricatures. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Grand Prix
Le Grand Prix récompense LE reportage de l’année au Québec. C’est celui qui a marqué les esprits, alimenté les conversations et fait bouger les choses, que ce soit dans une petite communauté, dans l’ensemble de la province, du pays, ou sur la scène internationale. Le reportage peut avoir été diffusé dans tout type de média. Le président du Grand Jury choisit le lauréat du Grand Prix parmi tous les finalistes. Un lauréat peut remporter un prix dans une catégorie, en plus du Grand Prix.

 

Conditions de participation

  • Être membre de la FPJQ. Toutes les personnes dont le nom figure sur le formulaire de mise en candidature doivent être membres. Devenir membre.
  • Les oeuvres doivent avoir été publiées ou diffusées par une entreprise de presse reconnue par la FPJQ
  • Les dossiers complets de candidature doivent être remplis en ligne. Les dossiers incomplets ou remis en retard seront refusés.
  • Un membre du conseil d'administration de la FPJQ n'est pas autorisé à poser sa candidature.
     

Jurys

Un Premier Jury et un Grand Jury sont formés pour choisir les finalistes et lauréats de toutes les catégories.

Le Premier Jury est formé de cinq jurés qui devront identifier entre 5 et 10 reportages par catégorie, qui seront soumis au Grand Jury.

Le Grand Jury est formé de deux jurés et du président, qui devront choisir trois finalistes et un lauréat dans chaque catégorie.

Rôle du président du Grand Jury:

  • Veiller à ce que les candidatures respectent les conditions de participation ;
  • Veiller à ce que les jurés aient toute l'information requise pour procéder au choix des finalistes et lauréats ;
  • Informer les jurés des règlements et veiller à leur bonne compréhension ;
  • Veiller à ce que les jurés remplissent de façon adéquate la grille d'analyse, dans le choix des finalistes et lauréats ;
  • Veiller à ce que les jurés échappent à toute forme de conflit d'intérêt ou d'apparence de conflit d'intérêts ;
  • Veiller à ce que les jurés fassent des choix de façon impartiale ;
  • Aviser l'équipe de la FPJQ du choix des finalistes et des lauréats.

 

Un jury peut changer un reportage de catégorie, s'il le juge approprié.
 

Un journaliste peut soumettre jusqu'à sept reportages. Une série de reportages est considérée comme un reportage. Un même reportage ne peut être soumis dans deux catégories différentes. Les reportages en français et en anglais peuvent être soumis.

Coût de l'inscription: 35 $ + taxes par reportage soumis.

Valeur du prix Judith-Jasmin, pour toutes les catégories : 500$.

Valeur du Grand prix : 2 000$.
 

*Le masculin n'est employé que pour simplifier le texte.

Grille d'évaluation.

Rendez-vous en 2020 pour l'édition 2019 !

 

Judith Jasmin est la première femme grand reporter au Québec.

Judith Jasmin a entrepris sa carrière en information au Service international de Radio-Canada vers la fin des années 40. C’est là qu’elle rencontre René Lévesque avec qui elle animera, notamment, l’émission radiophonique Carrefour. En 1953, elle entre au Service des nouvelles télé et se distingue dans des émissions telles que Reportage et Conférence de presse

En 1966, elle est nommée correspondante de Radio-Canada aux Nations Unies, puis à Washington. Elle rentre à Montréal en 1970 où elle poursuit son travail de reporter aux nouvelles puis aux affaires publiques. La maladie l’emportera en 1972.

Après son décès, Solange Chaput-Rolland, présidente du Cercle des femmes journalistes, décide de créer un prix à sa mémoire. Pour sa première année, en 1975, le concours s’adresse aux journalistes francophones du Québec et de la région d’Ottawa. Et comme le premier concours se tient en 1975, Année Internationale de la Femme, exceptionnellement, seules les femmes journalistes y sont admissibles.

En 1993, la Fondation du Cercle des femmes journalistes a cédé l'organisation du prix à la FPJQ.

Le prix Judith-Jasmin honore les meilleures œuvres journalistiques de l’année.

Gagnants du prix Judith-Jasmin - 2017

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a dévoilé, le 18 novembre 2017, au Théâtre Granada de Sherbrooke, les lauréats de la 42e édition de remise du prix Judith-Jasmin. Ce prix honore les meilleures œuvres journalistiques de l’année au Québec, tous médias confondus.

Grand Prix Judith-Jasmin

Philippe Teisceira-Lessard, Karim Benessaieh, Daniel Renaud et Yves Boisvert, de La Presse pour «Visé par 24 mandats de surveillance».

 

Catégorie Enquête

Marie-Maude Denis, Daniel Tremblay et Jacques Taschereau, de l’Émission Enquête de Radio-Canada pour «Les baux cadeaux».

 

Catégorie Grand reportage

Maxime Bergeron de La Presse pour sa série «Entre vaches sacrées et Maserati».

 

Catégorie Nouvelles - médias nationaux

Gabrielle Duchaine, de La Presse pour «Autopsie d’un camouflage».

 

Catégorie Nouvelles - médias locaux et régionaux

Alexandre Duval (avec la collaboration de Sébastien Bovet), de Radio-Canada Québec pour «Il était hostile aux non-Blancs».

 

Catégorie Opinion

Alec Castonguay, de L’actualité pour «Budget Leitão: le mirage des services de qualité pour la petite enfance».

 

Catégorie Journalisme de service

Caroline Touzin et Gabrielle Duchaine, de La Presse pour «Sextage entre adolescents».

 

Catégorie Entrevue ou portrait

Brigitte Noël, de Vice Québec, pour «Les illusions et désillusions de La Meute, le «plus grand groupe d’extrême droite au Québec»».

 

Catégorie Journalisme spécialisé («beat»)

Marco Fortier, du Devoir, pour sa couverture du milieu de l’éducation.

 

Prix Hommage

Jacques Moisan, ancien journaliste ayant notamment animé le bulletin de nouvelles de fin de soirée de TVA pendant 18 ans.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Mots du jury à l'endroit des récipiendaires

 

Grand Prix Judith-Jasmin

«La publication de ce dossier aura eu des conséquences majeures sur la société. Cette histoire exclusive a été la première d’une série de révélations qui ont mené à la création de la commission Chamberland, forcé une révision des conditions nécessaires pour qu’un corps policier puisse obtenir un mandat de surveillance visant un journaliste, et mené à l’adoption, à Ottawa, du projet de loi sur la protection des sources journalistiques. Il s’agit donc d’un reportage percutant, répondant avec brio à tous les critères d’obtention du prix Judith-Jasmin, sur un sujet qui a secoué les bases mêmes de la démocratie.»

 

Catégorie Enquête

Jurés: Daniel Leblanc de The Globe and Mail, André Noël, pigiste et Francine Pelletier, pigiste.

«Les révélations choc contenues dans ce reportage, en font une enquête percutante, qui, après sa diffusion, a eu un impact social et politique évident. Bref, un choix unanime du jury.»

 

Catégorie Grand reportage

Jurés: Marcel Gagnon, retraité de TVA, Ginette Lamarche, retraitée de Radio-Canada et Michel Thibault, Le Soleil de Châteauguay, comme pré-jury. Florian Sauvageau de l’Université Laval, Rachelle McDuff, de Métro, et Thérèse Parisien, du 98,5 FM, et de ARTV, comme jury post-sélection.

«Rendre un sujet économique aussi captivant n’est pas donné à tout le monde. La plume vivante de l’auteur a fait en sorte de rendre la lecture aisée. L’impact de ce reportage se mesure à l’échelle locale, dans un pays devenu une nouvelle force économique et politique du monde.»

 

Catégorie Nouvelles - médias nationaux

Jurés: Serge Labrosse de La Terre de chez nous, Basem Boshra de Montreal Gazette et Justine Mercier du Droit.

«Le reportage répond à une question qui fait souvent surface dans des cas troublants d’agressions sexuelles: comment un prédateur, dans ce cas-ci Bertrand Charest, entraîneur de ski reconnu coupable d’avoir agressé neuf athlètes, a-t-il pu commettre un si grand nombre de crimes en toute impunité? L’enquête trace le portrait de hauts dirigeants de Canada alpin qui ont tenté de museler les victimes.»

 

Catégorie Nouvelles - médias locaux et régionaux

Jurés: Mathieu Belhumeur de TVA, Bernard Descôteaux du Centre d’études sur les médias et Rima Elkouri de La Presse.

«Ce témoignage, obtenu à chaud dans les heures qui ont suivi la tuerie de la mosquée de Québec, en janvier, a permis au public de mieux comprendre ce qui a pu mener à une telle tragédie. Au moment où les rumeurs les plus folles circulaient dans les médias sociaux sur les motivations du suspect, la publication de ce témoignage a permis de mettre en contexte un événement incompréhensible.»

 

Catégorie Opinion

Jurés: Julie Gobeil de Protégez-Vous, Baptiste Barbe du Métro et de Guy Parent de l’Université du Québec à Montréal.

«En analysant les chiffres de façon méthodique, ce reportage montre qu’au-delà des discours, le gouvernement accorde bien peu de ressources au secteur des services à la petite enfance. Publié dans les conditions particulières d’un huis clos de budget, le texte n’expose pas simplement l’opinion de l’auteur, mais éclaire aussi celle du lecteur-citoyen.»

 

Catégorie Journalisme de service

Jurés: Julien Bilodeau, retraité de Radio-Canada, Philippe Gohier, de Vice Québec et Marine Corniou de Québec Science.

«La qualité du reportage contribue à faire la lumière sur un phénomène préoccupant. Le dossier mêle efficacement des faits et des conseils, en expliquant clairement au lecteur quels sont les lois et les recours, dans ce domaine. Il explique à quel point il est important de sensibiliser rapidement les jeunes et les familles à ce fléau. »

 

Catégorie Entrevue ou portrait

Jurés: Daphnée Hacker-Bousquet du HuffPost, Mick Côté de La Presse canadienne et Charles Messier du Collège de Terrebonne.

«Ce reportage a réussi à révéler l’existence d’un groupe d’extrême droite méconnu au Québec. La journaliste a fait preuve d’un flair journalistique impressionnant, ainsi que de persévérance, pour avoir gagné la confiance de membres et d’ex-membres de La Meute, des individus réticents à parler aux médias.»

 

Catégorie Journalisme spécialisé («beat»)

Jurés: Geneviève Michaud du Courrier du Sud et du Brossard Éclair, Ginette Haché, retraitée de L’actualité, Serge Ferrand, retraité et réalisateur pigiste, jury de pré-sélection. Étienne Phénix, de Bell Média, Priscilla Franken, des Productions Pixcom et Johanne Lauzon, de Châtelaine, jury de post-sélection.

«Le journaliste a fait preuve d’un travail acharné en couvrant le secteur de l’éducation, et publié plusieurs histoires exclusives. En menant avec succès de telles enquêtes, il a démontré une ténacité et une rigueur exemplaires. De plus, son habileté à vulgariser des enjeux importants a fait de lui un choix incontestable pour le jury.»

 

Brève présentation du récipiendaire du Prix Hommage

Jacques Moisan compte plus de 50 ans de métier en journalisme. À la radio d’abord – il débute sa carrière à CKCV-Québec en 1959 – puis à la télévision, à Télé-4 à Québec, et à Télémétropole (TVA) à Montréal, pendant plus de 35 ans. Au cours de sa carrière, il a réalisé des reportages dans une cinquantaine de pays.

Jacques Moisan a suivi de près la politique, que ce soit sur la scène fédérale, provinciale, ou municipale. Les soirées électorales, les dépôts de budgets et les conférences provinciales-fédérales ont rythmé sa carrière. Il a été modérateur de quatre débats des chefs.

Jacques Moisan est surtout connu du grand public pour avoir présenté durant 18 ans le bulletin de fin de soirée à TVA. Il a par la suite animé l’émission matinale Salut, Bonjour durant 5 ans, sur le même réseau.

Après sa retraite de la télévision en 2000, il est retourné à la radio pour présenter les informations à Rythme FM jusqu’en 2007. Il est aujourd’hui animateur et conférencier.

Le prix Judith-Jasmin Hommage vise à souligner la carrière d’un journaliste ayant marqué la profession au Québec. Il est choisi par les anciens présidents de la FPJQ.

 

Retour à la liste des nouvelles



Inscription à l'infolettre

Restez informé(e) de nos nouvelles et des activités à venir