Prises de position de la FPJQ

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec défend la liberté de presse et le droit public à l’information. Elle intervient chaque fois que la liberté de presse est menacée. Elle fait entendre la voix des journalistes partout où c’est nécessaire, dans les commissions parlementaires, devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), dans les conseils municipaux, auprès des juges, de la police et des organismes publics dont les politiques de communication entravent le travail des journalistes.

« La FPJQ s’est battue pour la liberté de la presse. Elle est derrière nous tous les jours. Et elle doit le demeurer. C’est pour ça que j’ai ma carte. »

Antoine Trépanier

Journaliste à Radio-Canada Ottawa/Gatineau, arrêté le 13 mars 2018 pour harcèlement criminel alors qu'il tentait d’obtenir une entrevue avec une intervenante.


Voici les prises de position de la FPJQ.

La FPJQ ne commente jamais les choix éditoriaux des médias

Depuis ce matin, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec est sollicitée pour réagir concernant les Unes du Journal de Montréal et du Journal de Québec.

Bien que nous soyons sensibles à vos réactions, la FPJQ ne commente jamais les choix éditoriaux des médias. Toutefois, rappelons que ces choix sont faits par les directions des rédactions et non l’ensemble des journalistes. Merci de votre compréhension. Pour toutes plaintes, vous pouvez vous adresser au Conseil de presse du Québec.
Retour à la liste des prises de position
 

Inscription à l'infolettre

Restez informé(e) de nos nouvelles et des activités à venir