Billets

Depuis janvier 2018, vous retrouvez chaque semaine, à la fin de votre lettre InfoFPJQ, sous la plume de journalistes et chroniqueurs bien connus, un point de vue ou une analyse sur l’actualité médiatique.

Évidemment, les propos tenus dans le billet n’engagent que leur auteur.

Tout n’est pas une fausse nouvelle 

Par Camille Lopez

Comme bon nombre de journalistes vérificateurs des faits, j’aime de moins en moins l’expression « fausse nouvelle ». Tout comme le climat social et politique, le mandat des fact-checkers a évolué. Le vocabulaire devrait peut-être suivre.

Une immense vague d'amour

Par Catherine Lafrance, directrice générale de la FPJQ

Normalement la fin du mois d'août, cette espèce d'entre-deux où les journées raccourcissent, les nuits rafraichissent et que l'actualité est encore un peu au ralenti, nous amène tout en douceur vers septembre et sa frénésie. Cette année, l'annonce du Groupe Capitales Médias, qui s'est placé sous la protection de la loi sur la faillite et l'insolvabilité, nous a catapultés hors de la farniente estivale assez brutalement, merci.

Sommes-nous prêts ?

Par Jeff Yates

Il y a quelques semaines, j’ai participé à un colloque sur la désinformation électorale, organisé à Toronto par le Forum des politiques publiques et l’École Max-Bell de politiques publiques. 

La justice comme au casino

Par Mathieu Roy-Comeau

 

S’il est un système qui peut se targuer d’avoir mis en place des barèmes et des codes précis pour toute son organisation, c’est bien le système de justice. Afin d’assurer à tous un traitement juste et équitable, le système de justice a mis en place des règles et des procédures minutieuses. Au Nouveau-Brunswick, cependant, cette façon de faire ne s’applique pas quand vient le temps de négocier avec les journalistes.

La faute des autres

Par Gabrielle Brassard-Lecours

 

Les géants du Web, les décisions gouvernementales, l’iniquité des redevances, la compétition entre médias : invoquer uniquement ce genre de cause pour justifier des mises à pied révèle un manque de créativité, voire d’ambition. On ne peut pas tout mettre sur le dos de la fameuse « mauvaise conjoncture ». Je fais référence à la récente annonce de la direction du Groupe TVA, qui abolit 68 postes.

Maudite chicane

Par Josée Legault

Ça fait très, très longtemps que le sujet joue sur ma patience, pourtant grande. Depuis aussi longtemps que je puisse me rappeler, au Québec, le mot « chicane » nous sert de béquille langagière, au point de gommer des phénomènes nettement plus complexes.

Y a-t-il un journaliste dans la salle (et, si oui, qu’il sorte) ?

Par Jean-François Cliche

Ce nest peut-être pas encore une «mode», mais cest arrivé assez souvent ce printemps pour quon se pose quelques questions.

Alain Gravel, pro jusqu’au bout

Par Nathalie Collard
 

Si j’étais Alain Gravel, je serais restée chez moi cette semaine. Je me serais roulée en boule dans mon lit et j’aurais « callé malade ». Parce que la semaine que notre confrère vient de vivre n’a pas dû être facile.

Twitter est un miroir brisé

Par Jeff Yates

Passez-vous beaucoup de votre temps de travail sur Twitter ? Comme bien des journalistes, moi, oui. Le slogan du réseau social est « whats happening » (« voici ce qui se passe »). Pas surprenant quil soit aussi populaire auprès des journalistes ultraconnectés. Par contre, il faut faire attention : ce qui se passe sur Twitter ne représente pas la réalité, comme le démontre une nouvelle étude de linstitut Pew. 

Le risque de ne rien faire

Par Mathieu Roy-Comeau 

Laide gouvernementale quOttawa accorde aux médias écrits fait plusieurs mécontents à droite du spectre politique. Les élus conservateurs et les chroniqueurs qui partagent leur idéologie ont eu tôt fait de décréter la fin de lindépendance journalistique, si ce nest tout simplement la mort du journalisme au pays.